NEWS

Actualités

Boulimie - Symptômes et traitement

La boulimie fait partie des troubles du comportement alimentaire (TCA) qui affectent particulièrement la population féminine jeune. Quelles sont les signes caractéristiques de cette psychopathologie ? Comment est-elle diagnostiquée et quelles en sont les modalités de traitement ?

Définition

La boulimie est un trouble des conduites alimentaires caractérisé par l'ingestion de quantités importantes d'aliments dans un temps très court (accès boulimique), une attitude compulsive vis-à-vis de la nourriture au moment de la crise (perte de contrôle), des actions visant à compenser l'ingestion frénétique de nourriture après la crise : vomissements provoqués, prise de laxatifs ou de diurétiques, hyperactivité physique et une obsession du contrôle pondéral (distorsion de la perception corporelle), et une faible estime de soi.

Diagnostic

En dehors du tableau symptomatique ci-dessus, le diagnostic de la boulimie se fonde sur les éléments suivants :

Fréquence du trouble : survenue d'épisodes survenant au moins deux fois par semaine et au moins pendant six mois.

Essais manifestes de contrôle du poids (mise en évidence par un poids inférieur à la normale).

Interrogatoire visant à écarter d'autres troubles apparentés à la boulimie (diagnostic différentiel) : tels que l'anorexique mentale, l'hyperphagie (suralimentation observée chez les personnes obèses, ou anxieuses, ou souffrant de certaines troubles psychiatriques), ou la consommation compulsive de boissons (ex : potomanie).

Complications

Les complications classiques de la boulimie sont notamment des troubles du cycle menstruel, des troubles du sommeil, l'apparition d'un diabète, une déshydratation, une oesophagite et des complications dentaires graves (liées aux vomissements) et enfin une dépression et une augmentation du risque de geste suicidaire.

Prise en charge thérapeutique

La prise en charge thérapeutique peut faire l'object de psychothérapies (individuelle, familiale, de groupe) et thérapies cognitives et comportementales et de prescription d'antidépresseurs sérotoninergiques dont l'action permet de traiter la dimension compulsive du trouble. Une prise en charge nutritionnelle et diététique (régime adapté, réalisation et tenue d'un carnet alimentaire) est généralement recommandée. L'hospitalisation est assez rare, elle peut intervenir en cas d'état dépressif important, de récidives d'accès boulimiques, ou en présence de désordres métaboliques importants. Le ou la patient(e) est alors orientée vers un service de nutrition.

Source : Sante Medecine

© Génération santé 2014